La firme lyonnaise exporte jusqu’aux Etats-Unis son expertise dans la modélisation de réseaux complexes.

Des schémas griffonnés à même les cloisons vitrées et des céréales abandonnées dans la cuisine : chez CoSMo, on reconnaît tout de suite la touche Trench Tech. La firme lyonnaise, émanation en 2010 de l’ENS et du CNRS, créatrice de logiciels de gestion des systèmes complexes, emploie 50 jeunes et brillants cerveaux de huit nationalités différentes, la plupart docteurs ou diplômés de Polytechnique, de Centrale, de l’Insa.

Son PDG, le mathématicien Michel Morvan, avait développé dans les années 2000, au sein de son laboratoire IXXI, l’insitut rhônalpin des systèmes complexes, un modèle informatique pour appréhender globalement les mécanismes imbriqués de systèmes complexes et interconnectés.

Les premières recherches, menées sur les pandémies, la morphogénèse des plantes et les politiques urbaines, ont débouché sur une plate-forme de modélisation et de simulation (Complex Systems Modeling, d’où CoSMo), que la firme décline en logiciels pour les opérateurs de grands réseaux comme EDF, Veolia, Suez, la SNCF ou Alstom.

Bureau aux Etats-Unis

En janvier, CoSMo a signé son plus gros contrat de sa jeune histoire avec RTE, le gestionnaire du transport d’électricité, afin d’optimiser la maintenance et les investissements sur ses installations. « Les enjeux sont colossaux : sur un budget de 800 millions d’euros par an, réaliser 5 % d’économies représente un gain de 40 millions », souligne Hugues de Bantel, directeur général. Et d’ajouter que le logiciel Mona a contribué à doubler le chiffre d’affaires – proche de 2,5 millions d’euros mais confidentiel – de la société. Il est bien sûr transposable aux secteurs du gaz et du rail, soit un marché mondial « de quelque 3 milliards d’euros », estime le dirigeant.

Les développeurs travaillent aussi sur un logiciel de gestion de crise, Fluid, pour ramener un réseau à son état initial au plus vite avec le moins de perturbations.

Leurs solutions intéressent aussi les villes et les planificateurs urbains et le monde des sciences de la vie. CoSMo avait fait une incursion en Amérique du Nord en 2014, à Toronto et San Francisco. Depuis, Michel Morvan est parti ouvrir un bureau commercial en Californie.
Article paru dans le quotidien économique Les Echos